L' Armagnac, Eau-de-vie

Promouvoir la viticulture gersoise et l’Armagnac, c’est défendre l’identité de notre département: notre identité. De même que la Gascogne serait orpheline sans ses Mousquetaires, les Mousquetaires seraient bien malheureux sans cette eau-de-vie qui enchante leur palais et réjouit leur corps, leur coeur et leur âme.
Comme nul n’est Gascon sans sa terre, que l’âme gasconne se retrouve aussi bien dans les choses que dans les gens, le moyen le plus direct de retrouver l’état d’âme qui nous fera partir vers toutes les conquêtes, de humer l’odeur de nos coteaux, de nos chênes, de nos ceps de vigne, c’est de goûter les produits gascons et pour terminer, cette eau-de-vie merveilleuse qui a nom Armagnac.
Car, ne nous y trompons pas, l’Armagnac est la boisson que vous n’oserez pas prendre sans un certain état d’esprit et, celui-ci atteint, elle vous permettra de vous dépasser et d’atteindre ainsi cette zone de vie chère à d’Artagnan où le possible atteint l’impossible, principalement dans la douce quiétude des paysages gascons.En effet, s’il n’est point besoin de beaucoup d’armagnac pour atteindre les états d’âme propres aux Mousquetaires, il est indispensable de savoir admirer et apprécier les belles et bonnes choses.Cette Eau-de-Vie qui a nom ARMAGNAC et que la Compagnie des Mousquetaires offre à ses invités, nectar de notre Gascogne, a une histoire que nous vous proposons, celle de la Meilleure Eau-de-Vie du Monde *
* à déguster avec modération

L' Armagnac, c'est toute une histoire

Les Romains ont introduit la vigne. Puis les Arabes ont apporté l’alambic. Et les Celtes ont développé l’utilisation du fût : ils ne pouvaient se rencontrer qu’en Gascogne….
Connu dès le Moyen Age pour ses vertus thérapeutiques, l’Armagnac prend son essor au XVIème siècle pour devenir un véritable produit de consommation.
Au XIXème siècle, la distillation et la commercialisation atteignent leur apogée.
C’est en 1909 que la zone de production de cette eau-de-vie est délimitée par l’Appellation d’Origine Contrôlée. Le décret du 6 Août 1936 précisera les conditions de son élaboration.
Aujourd’hui, l’Armagnac a une renommée mondiale qui s’étend sur 130 pays.
* à déguster avec modération !

 

Situé au cœur de la Gascogne, le vignoble Armagnacais couvre environ 15 000 hectares englobant une grande partie du département du Gers, et quelques cantons des Landes et du Lot-et-Garonne. Il est constitué de coteaux à pentes douces et bien exposées.
On distingue trois régions de production :
A l’Ouest, le Bas-Armagnac s’étend sur des sols sablo-limoneux et acides : les sables fauves. On y produit des eaux-de–vie délicates et fruitées.
Au centre, l’Armagnac Ténarèze, aux sols argilo-calcaires, donne des eaux-de-vie plus vives et plus corsées qui expriment toute leur richesse après un vieillissement prolongé.
A l’Est, le Haut-Armagnac représente de nos jours une très faible part de la production.
* à déguster avec modération !

 

L’Armagnac est obtenu par la distillation de vins blancs produits essentiellement à partir des cépages Ugni-Blanc, Colombard, Folle Blanche et Baco blanc, et pour une moindre part, d’ anciens cépages traditionnels comme la Clairette de Gascogne ou encore le Meslier Saint-François.

Colombard    
Ugni Blanc    
Folle Blanche
* à déguster avec modération !

Les raisins sont vendangés sur l’aire d’appellation au mois d’octobre.
Les vendanges, Musée de Cluny
Vinifiés de la façon la plus traditionnelle qui soit, ces vins ne font l’objet d’aucune addition de produits œnologiques, de souffre ou de sucre. Ils sont caractérisés par un degré alcoolique relativement faible (de 8 à 10 % vol) une bonne acidité et une vivacité importante.

* à déguster avec modération !

Le superbe alambic du Mousquetaire Jean-Pierre DARTIGALONGUE.
La distillation se déroule chaque année de novembre à mars. Traditionnellement les vins sont distillés de façon continue dans l’Alambic Armagnacais consacré en 1818 par un brevet du roi Louis XVIII.
Le vin de la cuve de charge alimente en continu l’alambic par le bas de la colonne de réfrigération et suit un parcours inverse de celui de l’alcool, il monte et se réchauffe dans une colonne dite « chauffe-vin » traversée par un serpentin où se condensent les vapeurs d’alcool; en se réchauffant, le vin monte et coule dans la chaudière où il se transforme lui même en vapeurs d’alcool qui vont remonter à travers les plateaux de la chaudière en barbotant dans le vin qui lui descend de plateaux en plateaux, ce contact permet aux vins de se charger de substances aromatiques et d’alcool.
A la sortie de l’alambic, l’eau-de-vie incolore mais puissante et parfumée titre entre 52 et 72 % vol.
La distillation en simple chauffe (et contrairement au Cognac), présente l’avantage de la conservation totale des arômes de l’Armagnac; l’inconvénient, dont l’amateur se réjouit, est un vieillissement nécessairement plus long et qui révèle un bouquet d’arômes élégant et complexe.

* à déguster avec modération !

Une fois la distillation achevée, l’Armagnac entame, dans les chais, un long vieillissement.
Dans ces « pièces » de chêne d’une contenance de 410 litres dont le bois provient des forêts de Gascogne et du Limousin, l’eau-de-vie s’enrichit peu à peu de toutes les senteurs des fûts(vanille, fruits confits, pruneaux….), tout en prenant une belle couleur ambrée. Le degré diminue progressivement par évaporation naturelle de l’alcool : celle-ci se dénomme « La part des Anges ».
Pour pallier cette évaporation naturelle, c’est le Maître de Chais qui à la responsabilité de compléter (ouiller la part des anges) et ce, exclusivement, avec des eaux de vie de la même année et de la même distillation !
Le respect absolu de cette règle permet l’identification formelle d’un Armagnac d’où la rareté et la spécificité de chaque millésime.

* à déguster avec modération !

En bouteille, l’Armagnac n’évolue plus. Il peut être dégusté dès son acquisition. Il suffit de conserver la bouteille debout afin que l’alcool n’attaque pas le bouchon.
Les mentions de vieillissement indiquées sur l’étiquette d’un Armagnac concernent toujours l’eau-de-vie la plus jeune pouvant entrer dans l’assemblage : Trois Étoiles pour des Armagnacs d’au moins deux ans de vieillissement sous bois, V.O., V.S.O.P. ou Réserve pour des Armagnacs d’au moins cinq ans de vieillissement sous bois, Extra, Napoléon, Vieille Réserve, pour des Armagnacs d’au moins 6 ans de vieillissement sous bois X.O. et Hors d’Age pour des Armagnacs d’au moins 10 ans de vieillissement sous bois.
L’Armagnac « Millésimé » spécificité armagnacaise correspondant exclusivement à l’année de récolte mentionnée sur l’étiquette. Il est souvent commercialisé à son degré naturel de vieillissement.

* à déguster avec modération !